Les villages auvergnats

L’importance des « villages » en Auvergne

En Auvergne, en dehors des villes, le « village » est la véritable unité de base des habitations. Dans ce qui était, véritablement, une « économie de survie » en montagne, que la neige recouvrait de novembre à avril (le climat d’autrefois était beaucoup plus froid qu’aujourd’hui), l’entraide entre gens du village était essentielle.

Cette vie en montagne, avec de longs hivers sous la neige, explique l’absence pratiquement complète d’enseignement primaire sous l’Ancien Régime. Dans les actes d’état civil, en milieu rural auvergnat, les signatures sont exceptionnelles.
Le village était trop petit pour rémunérer un maître d’école, et il était impossible d’envoyer les enfants au bourg pendant le long hiver, dans la neige. Et dès le retour du printemps, ils étaient nécessaires à la ferme.

La vie en proximité, au sein du village, est renforcée par la nécessité du partage de ressources limitées, mais essentielles, comme pouvait l’être la nourriture de la vache familiale.
La source de cette importance accordée au « village » doit ainsi être recherchée dans la « coutume » d’Auvergne, qui distribue les « pâturages communaux » par village et non par paroisse.

En outre, dans certaines paroisses, les villages peuvent constituer des fiefs dépendants de seigneurs différents, avec des « justices » seigneuriales différentes.
Il ne faut pas oublier que l’Auvergne est faite d’une mosaïque de « pays de droit écrit » et de « pays de droit coutumier« )

L’importance généalogique des « villages » est constatée dans les registres de l’état civil ancien, où les curés notent soigneusement (au moins au 18e siècle, mais parfois dès le 17e) le lieu de résidence de la famille au sein de la paroisse. Lorsqu’ils n’en parlent pas, c’est que la famille demeure au bourg, autour de l’église paroissiale.
Le repérage des familles par leur village d’habitation est parfois le seul moyen de s’y retrouver entre des familles homonymes.

On retrouve cette organisation villageoise dans les rôles de la taille royale qui, au sein d’une « collecte », sont structurés par village, avec une permanence de l’emplacement de la « cote » d’une année sur l’autre. On les trouve, enfin, dans les cas où l’Auvergnat, hors de son pays, est amené à décliner son identité et son origine : bien souvent il se définit par son village et son diocèse et oublie sa paroisse (c’est le cas, par ex., des soldats entrant à l’Hôtel des Invalides).

Dictionnaire des Écarts et Lieux-dits, INSEE (1990)

Il s’agit de dictionnaires départementaux, constitués par l’INSEE à partir du dernier recensement général, où ils ont été relevés (1990).
Les 4 départements de l’Auvergne administrative sont disponibles (y compris l’Allier)

Les écarts portent leur dénomination actuelle, y compris certains récents, tels « Gare »
De même le terme « Le Bourg » a été conservé, bien qu’il n’apporte rien.
Tous les noms précédés de l’article « La », « Le », « Les » sont classés à l’article, tel que l’a fait l’INSEE.

  • Dictionnaire des lieux-dits de l’Allier (03) : Ecarts_03
    Classement par Commune : Ecarts_03-Com
  • Dictionnaire des lieux-dits du Cantal (15) : Ecarts_15
    Classement par Commune : Ecarts_15-Com
  • Dictionnaire des lieux-dits de la Haute-Loire (43) : Ecarts_43
    Classement par Commune : Ecarts_43-Com
  • Dictionnaire des lieux-dits du Puy-de-Dôme (63) : Ecarts_63
    Classement par Commune : Ecarts_63-Com

Autres sources d’information plus détaillées

  • Dictionnaire topographique du département du CANTAL
    (E. Amé – Imp. nationale – 1897 – 631 pages) – (Gallica)
  • Dictionnaire topographique du département de la HAUTE-LOIRE
    (A. Chassaing et A. Jacotin – Imp. nationale – 1907 – 395 pages) (Gallica)
  • Dictionnaire des lieux habités du département du PUY-DE-DÔME
    (J.B. Bouillet – Clermont-Ferrand – 1854) (Réed. J Laffitte – 1983)
  • Dictionnaire historique et géographique des lieux habités du département
    du PUY-DE-DÔME (C. Faugère – Clermont 1896) – (Google-Books)
  • Paroisses et communes de France : CANTAL (CNRS – 1991)
  • Dictionnaire statistique du département du CANTAL
    (M. Deribier du Châtelet – 5 tomes 1852-1857) – (Réed. 1978)
  • Éléments de Statistique générale du département de la HAUTE-LOIRE, suivis du
    Dictionnaire des Lieux habités (H. Malègue – Paris – 1872 – 343 + 138 pages)
  • Dictionnaire des fiefs de la BASSE-AUVERGNE (Comte A. de Remacle – 2 tomes –
    in Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts, tomes 42 et 43
    Clermont-Ferrand – 1941 & 1943) – (Rééd. ?)

Adhérer

Adhérer au CGHAV, c’est bénéficier des 5 piliers de l’association pour vous aider à constituer votre généalogie et à connaître la vie de vos ancêtres